MOB - Ligne de récupération

 "HOMME A LA MER  !  !  ! HOMME A LA MER  !  !  !"

le cri qui tue le skipper, celui qu'on souhaite ne jamais entendre à bord

ou MOB, Man Over Board en anglais, et sur tous les GPS et Logiciel de cartographie

 

Mais en bon skipper consciencieux, vous avez préparé la manoeuvre et savez quoi faire :

1 - lancer la bouée couronne avec son feu à retournement automatique, la perche IOR  et son flash lumineux et tout ce qui flotte à portée de main.

2 - Désigner un équipier qui ne quitte pas le naufragé des yeux

3 - enregistrer la position du point de chute

4 - Casser la vitesse du bateau

          nota : l'ordre importe peu puisque ces 4 points sont à éxecuter en même temps ! ! !

5 - Faire demi-tour et route vers le noyé potentiel (un peu d'humour noir!)

6 - Alerter les secours sur le 16 par un MAYDAY en bonne et due forme

7 - Le récupérer ! ! !

8 - Annuler l'alerte auprès du CROSS (Ben oui, faut y penser avant que toute l'armada soit en route . . . . pour rien ! )

       C'est ici que je propose la technique employée pour récupérer un skieur nautique tombé à l'eau, où l'on utilise la corde de remorquage du skieur.

Cette corde est flottante ainsi que le palonier.

 

 I - DESCRIPTION

  L'ensemble est constitué d'un cordage flottant et d'une bouée facile à agripper, en l'occurence : un petit pare-battage. Le tout est protégé dans un sac permettant une sortie rapide et aisée. L'extrémité du cordage est fixé solidement à l'arrière du bateau.

Lors du retour sur le naufragé, il suffit de jeter cet ensemble à la mer. La vitesse du bateau va tendre le cordage freiné par la bouée.
La manoeuvre de récupération consiste à encercler le naufragé à courte distance, donc sans risque de l'accrocher ou de le heurter avec le bateau.

Il n'a plus qu'à saisir le cordage lorsqu'il va immanquablement le toucher puis de se laisser glisser jusqu'à la bouée qu'il peut saisir relativement facilement.

Avec trois tours au winch, le ramener au bateau devient presque une formalité.

Nota : si le naufragé était inconscient, mais flottant bien sûr à la surface des eaux puisqu'il portait son gilet de sauvetage ( Il le portait bien, n'est-ce pas ?) et qu'un équipier soit obligé de sauter à l'eau pour le récupérer, le cordage flotttante et sa bouée deviennent alors une aide précieuse, dès lors que cet équipier se laisse glisser le long de ce cordage sans jamais le lâcher.

 

 II - MATERIEL NECESSAIRE

Un cordage flottant comme une gaine d'électricien en rilsan ou une corde de remorquage de ski nautique (entre 15 et 25 Euros)

Un pare-battage de 15 à 20 cm de diamètre (de 15 à 20 Euros)

Un sac à large ouverture comme un petit sac à voile ou un sac polochon de marin d'eau salée.

 

 III - REALISATION

Assurer le cordage au pare battage

            

                               Fixation solide du cordage au pare battage

 

 

                                               

  Lover le cordage, non pas en glène, mais en lacets puis le saisir en 2 bottes par des élastiques

 

 

         

                      Glisser l'ensemble dans le sac qui sera amarré au balcon arrière.

        Un petit cordage avec une boucle est fixé au pare-battage pour en faciliter sa sortie.

 

 

         

                  Amarrer solidement l'extrémité du cordage à un taquet du bateau

 

 

 

    Il ne faut que quelques secondes pour larguer l'ensemble de récupération de l'homme à la mer

 

 

Mais plutot qu'une manoeuvre périlleuse de récupération du MOB, mieux vaut effectuer une prévention active en respectant ces trois règles de base :

 

                                        Règle numéro 1 : NE JAMAIS TOMBER A L'EAU

                                        Règle numéro 2 : NE JAMAIS TOMBER A L'EAU

                                        Règle numéro 3 : NE JAMAIS TOMBER A L'EAU

 

                                                                  

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×